Le vol de métaux précieux sous forme de lingots, de pièces ou de bijoux a souvent donné lieu à des braquages spectaculaires, si bien qu’il a été difficile de choisir lesquels vous raconter. Qu’ils soient mystérieux, audacieux, insolites, célèbres ou anonymes, voici quelques-uns des plus grands vols d’or de l’Histoire… et quelques conseils pour éviter que cela ne vous arrive à votre tour.

Le grand vol d’or de 1855

Il s’agissait peut-être du « casse du siècle » à l’époque. En 1855, trois banques (Abell and Co, Spielmann et Bult) font transiter des coffres remplis de lingots et de pièces d’or vers Paris dans la nuit du 15 au 16 mai.

Première étape : Londres – Folkestone par un train de la South Eastern Railway (SER), avant de rejoindre la France par bateau. Toutes les précautions avaient été prises pour renforcer la sécurité des coffres, dont les poids furent vérifiés à chaque halte. Mais surprise à l’arrivée à Boulogne : le coffre d’Abell and Co est plus léger qu’au départ de Londres, et ceux de Spielmann et Bult sont plus lourds. En effet, le contenu n’était plus le même qu’au départ !  Une partie des pièces et des lingots avait été remplacée par du plomb dans chaque coffre, mais les voleurs n’en avaient pas prévu assez pour obtenir exactement les mêmes poids. Leur butin s’est tout de même élevé à 91 kilos d’or, soit plus de 2 milliards de livres pour l’époque.

Le gang fut démantelé plus d’un an après les faits, suite à l’arrestation des quatre malfrats (dont deux employés de la SER). L’or avait bien sûr été fondu entretemps. Comme bien des braquages, celui-ci a inspiré plusieurs œuvres : le roman de Michael Crichton Un train d’or pour la Crimée (1975) et le film qui en est tiré, La Grande Attaque du train d’or (1979) avec Sean Connery.

Route du SER, du London Bridge à Folkestone
Route du SER, du London Bridge à Folkestone

Le mystère du hold-up de Genève 

En janvier 1956, un chauffeur garait sa camionnette place Cornavin à Genève, devant les locaux de son entreprise de transport, en laissant les clés de contact à l’intérieur, comptant sur la bienséance suisse. Mais combien de fois faudra-t-il rappeler qu’on ne laisse jamais un véhicule et son chargement sans surveillance ? Celui-ci, qui transporte 250 kilos d’or répartis dans des caisses, s’est volatilisé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Il est retrouvé tout près d’Annemasse en Haute-Savoie… vide, évidemment. L’enquête a pataugé, suivi des fausses pistes et s’est même embourbée en Angleterre. Deux suspects ont finalement été arrêtés : un Français et un Suisse, ce qui donne lieu à une scène d’interrogatoire surréaliste, à base de table de jardin et de ligne tracée à la craie pour matérialiser la frontière. Tout ça pour rien. En 1962, en l’absence de preuves et de résultats, le dossier est clos. Les coupables et l’or n’ont jamais été retrouvés, et coulent sans doute des jours heureux dans un monde parallèle.

Le gang voleur de lingots d’or et de safran

Le scénario aurait pu être banal. En 2009, six personnes appartenant à la même famille ont été arrêtées, soupçonnées d’avoir dérobé 70 lingots d’or à un couple de retraités pour un montant avoisinant les 1,8 millions d’euros. Les lingots en question étaient enterrés au fond de leur jardin en région parisienne, avec une trentaine d’autres non emportés par les voleurs (inutile d’essayer de les retrouver, ils n’avaient pas été déclarés et ont été saisis par l’État depuis). L’histoire ne s’arrête pas là : c’est un proche du couple, détenteur d’une société de négoce de métaux précieux, qui aurait renseigné les malfrats. Et selon les enquêteurs, le même gang se serait emparé de 1350 pièces d’or dans une salle des ventes un peu plus tôt dans l’année, et aurait aussi tenté de cambrioler une… usine de safran en 2008. 

Le vol d’or de World of Warcraft en Australie

Quel est le rapport entre un jeu vidéo et les lingots d’or ? Réponse : le « farming ». Cette pratique qui consiste à répéter certaines missions d’un jeu pour engranger des objets, de la monnaie virtuelle puis de l’argent réel est rarement bien vue par les communautés de joueurs, voire carrément interdite par les éditeurs. Mais en Australie, elle demeure autorisée à partir du moment où les revenus sont déclarés. Une adepte du célèbre jeu en ligne World of Warcraft aurait néanmoins dû s’abstenir de conserver ses gains à domicile (et de faire confiance à son petit-ami). En 2013, Katrina Fincham empoche 75 000 dollars, les convertit en lingots d’or et les stocke chez elle dans un coffre-fort. Oui mais voilà : les lingots sont dérobés lors d’un cambriolage en son absence. Outre les accusations de fraude à l’assurance dont elle fait l’objet, Katrina Fincham apprend que ce n’est autre que son conjoint qui a engagé les cambrioleurs. Classe.

Pièces d'or dans le jeu World of Warcraft
Reconstitution de la sequestration de Kim Kardashian - Source : LCI

Les bijoux de la Kardashian

Selon une citation que l’on attribue à Audrey Hepburn, « Paris is always a good idea ». « Sauf quand on voyage avec plusieurs millions d’euros de bijoux et que l’on s’expose sur les réseaux sociaux à longueur de journée » aurait pu ajouter Kim Kardashian, qui se souviendra de son séjour d’octobre 2016. De passage pour assister à la Fashion Week parisienne, la vedette américaine de téléréalité est victime d’un cambriolage dans sa suite d’hôtel. Un braquage spectaculaire et une expérience quelque peu traumatisante pour Kim Kardashian qui se fait ligoter, bâillonner et séquestrer dans la salle de bain par deux des cinq malfaiteurs. Valeur du magot ? Plus de 9 millions d’euros en bijoux en or et en diamants, soit l’un des braquages de star les plus remarquables de ces dernières années en France. Et ce n’est pas tout : l’un des voleurs a immortalisé l’événement dans un livre sorti en 2021.

Comment conserver son or en toute sécurité ?

Chacun à leur manière, ces braquages nous rappellent que l’or attire les convoitises et que toutes les précautions doivent être prises pour conserver des métaux précieux en toute sécurité. Alors, comment procéder ? Stocker son or chez soi n’est pas une si mauvaise idée, à condition de le placer dans un coffre sécurisé et assuré, d’éviter les lieux évidents, de s’équiper d’un bon système d’alarme, et d’avoir une personne de confiance à qui confier le code de son coffre en cas de décès. Et aussi : on évite de le crier sur tous les toits, de tout emporter en voyage ou de les exhiber sur les réseaux sociaux en activant la localisation, hein Kim ?

Il existe d’autres solutions encore plus sûres  pour mettre son or à l’abri ailleurs que chez soi. Parce qu’à moins d’utiliser des pièces comme réveil matin à l’instar de Don Salluste dans La Folie des Grandeurs, ou de vous baigner dedans comme l’Oncle Picsou, vous n’en avez pas forcément besoin à la maison. Le coffre bancaire est l’une des options : en votre nom propre, ou par le biais d’une société spécialisée qui stocke l’or en banque dans des coffres mutualisés et assurés sur leur valeur. Ou encore mieux, aux Ports-Francs de Genève comme VeraCash avec une sécurité renforcée. 

À l’origine, les Ports-Francs de Genève étaient dédiés au stockage de marchandises (alcool, tabac, denrées alimentaires) avant l’exportation. Aujourd’hui, ils renferment surtout des objets de grande valeur : des métaux précieux bien sûr, des œuvres d’art, des montres, des grands crus, etc. Ils sont par conséquent protégés par des dispositifs de sécurité optimaux (serrures inviolables, portes blindées, constructions antisismiques notamment). Des audits et inventaires y sont régulièrement réalisés, de même que des contrôles à l’entrée et à la sortie. C’est pour cela que VeraCash a choisi cette solution. D’autant que celle-ci permet aussi de placer les métaux précieux de ses membres à l’abri du risque de faillite bancaire, grâce à la neutralité politique et économique suisse.

Le bonus insolite de bon goût

Si malgré tout vous vous demandez encore quelle est la meilleure solution pour conserver votre or, permettez-nous encore un dernier conseil : n’utilisez pas votre anatomie. Ne faites pas comme cet homme qui, pour subtiliser 7 kilos d’or l’entreprise d’affinage d’or qui l’employait, plaçait son butin – par petites quantités certes – dans son rectum.


Nicolas Faucon

Spécialiste inbound et digital depuis bientôt 10 ans, Nicolas est Responsable Marketing et communication du groupe AuCOFFRE. Il accompagne la croissance de VeraCash depuis 2016.

Découvrir plus d'articles
%d blogueurs aiment cette page :