Un ami vous a recommandé VeraCash ? Ou vous nous avez trouvé sur Google ? Si vous êtes sur le point d’ouvrir un compte VeraCash parce que vous trouvez le service original et unique, foncez !

Procédure KYC VeraCash

VeraCash étant désormais accessible dans tous les pays de l’Espace Économique Européen (EEE), nous souhaitons apporter quelques précisions sur les différentes étapes pour l’ouverture d’un compte. Pour nos membres actuels, c’est l’occasion de vous expliquer pourquoi nous vous demandons souvent des informations 🧐.

Avant de valider toute inscription, nous avons besoin de vous faire confiance autant que vous nous faites confiance : c’est là que le « KYC » (« Know Your Customer » qui signifie en français “Connais Ton Client”) ou “KYB” (“Know Your Business” pour une entreprise) intervient. Si vous êtes déjà client, vous êtes automatiquement passé par cette procédure KYC.

Qu’est ce que le KYC ? 🔎

VeraCash est agent officiel d’une institution financière « Prepaid Financial Services » (« PFS »), qui nous permet d’émettre une carte de paiement Mastercard. En tant que tel, nous devons vérifier que vous êtes bien la personne que vous prétendez être. Bien sûr, nous n’insinuons pas que vous avez des raisons de cacher votre identité mais certaines personnes ont des prétextes pour le faire. On y reviendra plus tard…

VeraCash demande donc une copie d’une pièce d’identité lisible, un justificatif de domicile et un RIB : c’est la partie immergée de l’iceberg. Sans rentrer dans les détails, des algorithmes vérifient chaque document pour déterminer qu’il n’a pas été volé ou falsifié et appliquent quelques règles anti-fraude. Et on peut vous dire que l’on voit passer des faux documents chaque semaine.

Qui est concerné par le KYC ? 🙋🏻‍♂️

A l’origine, seules les banques et les assurances étaient concernées par ces régulations mais le secteur financier ne cesse d’évoluer. Les directives européennes sur les services de paiement DSP1 et DSP2, dont nous avons parlé dans un précédent article, permettent à des acteurs d’un nouveau genre, les fintech, de moderniser les services de paiement. Aujourd’hui, les fintech (VeraCash en est une) et beaucoup d’autres activités (1), sont considérées comme des acteurs financiers à part entière, et sont donc concernées par toutes les évolutions de la régulation financière dont LCB-FT, comprenez ici lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Pourquoi le KYC est-il nécessaire ? 🤔

Simplement parce que c’est une obligation légale. À ce jour, c’est la directive (UE) 2015/849 qui régule le système financier européen, depuis son entrée en application en juin 2017.

La FCA (Financial Conduct Authority), qui régule les activités financières en Grande-Bretagne, et l’ACPR en France, veillent à ce que ces directives soient appliquées par tous les acteurs financiers.
Récemment, l’ACPR a demandé à notre partenaire monétique PFS de se mettre en conformité vis-à-vis de certaines évolutions de la législation LCB-FT. Par effet domino, PFS nous a demandé d’ajouter quelques vérifications supplémentaires à notre procédure de KYC.

Par extension, et c’est finalement le plus important, le KYC nous permet de créer un service sûr pour tous nos utilisateurs en excluant les fraudeurs, les blanchisseurs d’argent, les terroristes, etc. En tant que client de notre plateforme, vous êtes aussi protégé de toute usurpation d’identité ou de tentative de détournement de votre compte. C’est aussi dans ce but que nous avons parfois été obligés de durcir certaines conditions au fil du temps, pour améliorer la sécurité des comptes de nos membres et garantir la probité de notre système dans son ensemble.

Si VeraCash permettait le financement d’activités illégales, l’achat d’armes anonyme pour des terroristes et le blanchiment d’argent en toute impunité, l’ensemble de nos clients finiraient par être impactés négativement. Ok… ces cas sont un peu extrêmes mais sont aujourd’hui une réalité du monde financier. À votre avis, pourquoi les hackers exigent des paiements en Bitcoin lorsqu’ils piratent des entreprises avec des ransomwares (2) ? Tout simplement parce que leur anonymat est protégé.

(Attention Spoiler) Histoire vraie d’une banque qui se passe volontairement du KYC !

Netflix propose une série de documentaires appelée “Dirty Money”. L’un des épisodes est consacré à la banque HSBC, devenue l’institution financière préférée des cartels de drogue mexicains il y a quelques années, simplement parce que l’ouverture d’un compte ne nécessitait aucun KYC.

La banque est accusée d’avoir blanchi plusieurs millions de dollars du cartel de Sinaloa (au total 800 millions de dollars) et d’être indirectement responsable de la mort de plus de 10000 mexicains.

La banque s’en sort sans aucune condamnation : seulement 1,9 milliards d’amende négociés avec la justice américaine pour l’abandon des charges… soit l’équivalent de 5 semaines de bénéfices nets.

Quelles sont les procédures de KYC et KYB de VeraCash ? 📋

Dans un monde rêvé, on serait ravi de ne vous demander qu’un email pour créer un compte. Mais voilà, le monde idéal n’existe pas. On vous assure que l’on impose le minimum de procédure pour répondre à la loi d’une part, et garantir un maximum la sécurité de votre compte personnel d’autre part.

Si vous souhaitez créer un compte gratuitement, il faut donc que vous passiez nos procédures de vérification :

Pour un compte Personnel :

  • Fournir les 3 documents :
    1. Une pièce d’identité en cours de validité
    2. Un justificatif de domicile de moins de 3 mois
    3. Un RIB
  • Compléter votre profil.

Pour un compte Jeune :

Ajouter en plus des documents de base :

  • Une preuve de filiation
  • Une autorisation signée par le responsable légal

Pour un compte Professionnel (KYB) :

Ajouter en plus des documents de base :

  • L’extrait de Kbis
  • Les statuts de la société
 

Plus d'informations sur l'ouverture de compte

Certains d’entre vous sont parfois surpris de devoir fournir un justificatif lors du crédit de votre compte VeraCash. Ici, c’est le dispositif anti-blanchiment qui s’applique donc un justificatif de provenance des fonds est nécessaire dans les cas suivants :

  • tout crédit de compte par virement supérieur à 20 000 euros,
  • tous les crédits pour les comptes dont le solde est supérieur à 20 000 euros.

Est ce que mes informations sont en sécurité ? 🔐

Avant même que le RGPD soit mis en place, la sécurité de vos informations était déjà une priorité : nos serveurs sont chiffrés (SSL et TLS 1.2) et audités régulièrement par des professionnels de la Sécurité des Systèmes d’Informations.

Évidemment, vos informations personnelles ne sont revendues à aucun autre organisme commercial et restent la propriété exclusive de la société VeraCash et de son partenaire monétique PFS. Seules les autorités peuvent y accéder en cas de procédure pénale, ce qui est extrêmement rare.

Voilà ! vous savez tout.

À ce stade, on espère que vous êtes rassuré sur le fait que VeraCash fait le nécessaire pour offrir un environnement sécurisé et sain pour tous. Pour la majorité des personnes qui n’ont rien à se reprocher, et on est sûr que vous en faites partie, l’inscription est totalement gratuite et sans abonnement.

Et si vous avez encore des questions, on est à votre disposition par chat, mail, téléphone, Facebook… bref partout où vous nous trouverez ;-).


(1) De nombreuses activités sont aujourd’hui concernées par la LCB-FT telles que Les compagnies et les courtiers en assurance, les institutions de prévoyance, les mutuelles et unions d’assurances, de réassurance et de capitalisation, les experts-comptables et les salariés autorisés à exercer la profession d’expert-comptable, les avocats, les avoués près les cours d’appel, les notaires, les huissiers de justice, etc. (liste complète ici).

(2) Selon l’éditeur de logiciel Kaspersky, “un ransomware est un type de programme malveillant conçu pour pirater les ordinateurs et forcer les victimes à payer une rançon pour que leurs fichiers soient déchiffrés. Les pirates informatiques infectent votre ordinateur en vous demandant de télécharger la pièce jointe malveillante attachée à un e-mail ou de vous rendre sur un site contenant un code, qui chiffre par la suite vos fichiers critiques ou vous refuse l’accès à votre ordinateur.”